La fin d’une époque …

Vous le savez tous, vous avez forcement vu et entendu Jordan et Tatiana annoncer leur retraite des compétitions en « Classic » lors du dernier US Open, déclenchant des vagues d’incrédulité et de tristesse chez les Westies du monde entier.
J’ai donc voulu revenir, à froid, sur cet événement qui nous à forcement touché, et comprendre pourquoi …

Jordan et Tatiana US Open 2015
Tout d’abord, il faut s’attarder un peu sur le côté chiffres, c’est-à-dire les résultats sportifs.
Jordan et Tatiana en Catégorie Classic, c’est un palmarès proprement ahurissant, avec 12 victoires sur 14 participations à l’US Open, sans compter leur première participation en 2000, en catégorie « young Adult », avec la routine que beaucoup de monde appelle maintenant « The First », une petite révolution et tout simplement le commencement d’une époque !

Ils gagnent donc aussi en 2001 avec « Dirty Pop », devenant ainsi les plus jeunes vainqueurs de l’US open en catégorie Classic, à seulement 18 ans.
En 2002, ils renouvellent leur performance en remportant une nouvelle fois l’US Open avec leur routine « Bei Mir » une combinaison de Blues, de Beat Box et de Lindy, qui établit leur réputation de danseurs innovants, aimant prendre des risques.
2003 est une année sans US open, puisque Tatiana se blesse très sérieusement aux 2 pieds juste avant l’US Open, et ils doivent renoncer à leur participation.
2004 Signe leur retour au plus haut niveau, avec la routine « waiting for you » sur Seal, là aussi une prise de risque puisqu’ils présentent leur routine en Fevrier 2004 à Capital Swing, et gardent la même routine toute l’année, y compris à l’US open, ou la tradition veut que l’on présente une nouvelle routine ! Malgré les pressions, ils gagnent et resteront invaincus sur l’année entière avec cette routine.
En 2005, leur routine ”Baby what you want me to do” sur Etta James, marque un retour au blues et aux origines du West Coast. Ils resteront aussi invaincus sur toute l’année, et gagnent l’US Open encore une fois.
2006, l’année du fabuleux « pump it » sur Black Eyed Peas. Une chorégraphie énorme sur une musique moderne, clairement destinée à attirer les jeunes et à donner une visibilité au grand public. Encore une année sans défaite, la 3eme consécutive, et encore une victoire à L’US Open.
2007 est une année un peu étrange, avec deux routines, une pour l’année complète et une spécialement pour l’US Open. Leur routine annuelle est un remix de « sexi plexi » de Jack Johnson avec « Love don’t let me go » de David Guetta, et est clairement influencée par leurs voyages en Europe, où ils commencent à enseigner régulièrement.
La routine présentée à L’US Open est une nouveauté, « How To Save A Life » de Fray, est bien différente de toutes les précédentes. Leur chorégraphie était faite pour toucher le public au plus profond de lui-même, en racontant une histoire, et en provoquant beaucoup d’émotion.
Malheureusement, ils vont commettre leur première grosse erreur de danse sur le parquet de l’US Open, erreur qui leur coutera cher, puisqu’ils ne finiront que 3eme cette année-là. Plus que leur place, ils seront affectés par leur façon dont ils ont présenté la routine, bien qu’elle ait reçu un très bon accueil du public.
2008, sonne l’heure de la revanche, et ils prennent encore un énorme risque en présentant pour la deuxième fois « How to save à life », et cette fois-si, c’est un plébiscite, avec bien entendu la première place à la clef. Plus que cette place, ils ont démontré ce jour la leur ténacité, leur maitrise et leur respect pour le west coast swing.

2009 continue sur la même lancée, puisque ils finiront encore à la première place, avec la fantastique routine de « Viva la vida », une interprétation énorme et toujours une prise de risque maximale, bref … un must !

Uprising2010 est encore une année compliquée, avec encore 2 routines : « Uprising » présentée pour la première mondiale en France lors du FOWCS, avec une petite anecdote qui démontre le talent de ces immenses champions : j’ai eu la chance d’assister aux répétitions de la routine dans l’après-midi, ou rien à faire ça ne passait pas ! Au moins 7 essais, tous avortés pour des problèmes divers, presque deux heures de travail et de tension, et finalement le soir …. Une présentation nickel et une énergie énorme. Seuls les très grands champions sont capables de cela !
La deuxième routine, celle présentée à l’US open, est la fantastique « gravity » qui pour je ne sais quelle obscure raison, leur vaut la deuxième place cette fois. Place très contestable au vu de la pure merveille de sensualité et d’émotion présentée, une routine magique qui restera dans les annales comme la seule défaite sans erreurs de Jordan et Tatiana lors de l’US open, défaite qui reste quand même assez contestable !

De 2011 à 2014, la domination de Jordan et Tatiana est exclusive et entière, avec des routines plus extraordinaires les unes que les autres : « More » en 2011, l’une de leur plus belle réalisations, suivie de « somebody i used to know » en 2012, de « mind heist » en 2013, puis de « Tennis Court » en 2014, surement la plus innovante de leur routines. Toutes ces routines finissant à la première place de l’US open, et ce sans la moindre discussion !
2015, vous le savez maintenant, est l’année de leur dernière routine, à mon sens de leur chef d’œuvre dans l’interprétation : « Stole the Show », une musique que l’on croirait écrite pour eux tant la routine et l’interprétation collent au titre !
Une chorégraphie magistrale, un petit bijou qui marque les esprits, à tel point que tout le monde comprends que c’est la dernière, l’émotion est au maximum et les pleurs de rigueur.
Stole the showIls finissent premiers, ce qui couronne une carrière exemplaire avec un palmarès qui n’est pas près d’être égalé : Sur 15 ans, 14 participations, 12 victoires, 5 victoires de rang, 3 ans et demi sans défaites toutes compétitions confondues. Cela ne peut susciter qu’un énorme respect pour leur parcours et leurs réalisations.

Si l’on met de côté leurs extraordinaires résultats sportifs, et que l’on s’intéresse au côté humain, on retrouve le même parcours sans-fautes !

Ils sont les premiers à avoir réellement exporté le West Coast Swing hors des Etats-Unis, à avoir su séduire les danseurs de tous les pays, jusqu’aux coins les plus reculés, pour faire avancer la danse et le WCS dans le monde entier. Ils ont su créer des communautés de passionnés, en insistant sur les valeurs fondamentales qui sont pour eux le respect, le travail, le partage, le respect des danseurs et du West Coast Swing …. Et l’humilité et l’accessibilité.

Travail, Respect …. Les maîtres mots de leur enseignement !
Jordan et Tatiana Liberty showTravail, parce que le West Coast Swing est complexe, en constante évolution, et nécessite de solides bases techniques. Parce que sans ce travail incessant, le niveau ne progresse pas, et notre danse stagne ou régresse. Parce que tout ce que l’on a appris, il faut sans cesse le répéter et se remettre en question incessamment, pour tout simplement évoluer !
Respect, parce que le West Coast Swing demande un énorme respect, de soi-même d’abord, et des autres ensuite. Se dire tout le temps que l’on a quelque chose à apprendre, même du plus obscur des professeurs, que chaque danse est un échange et un partage, même avec le plus obscur des danseurs. Se dire que ce n’est pas parce que notre danse est le West Coast Swing que nous sommes meilleurs que les autres, c’est aussi ça le respect
Ils nous ont appris tout cela, le travail, le respect, la remise en question, la ténacité, le courage, mais ils ne sont pas seulement d’immenses champions ou de très grands professeurs, ils sont aussi des êtres humains exceptionnels, fragiles, drôles, sincères, de grands exemples de ce que signifie être pleinement engagés, mais aussi de grands exemples de relations humaines.

Jordan et Tatiana

Ils ont su évoluer, et faire évoluer notre danse. Nous savons tous combien il est difficile de durer dans le monde de la danse, non seulement physiquement, mais aussi en restant dans la mouvance ! Ce point est vraiment crucial et compliqué dans le WCS, danse en perpétuelle évolution, évolution induite autant par les meilleurs couples de pros et d’enseignants, que par la masse des danseurs friands de nouveautés.
Dire qu’il est difficile de rester dans la bonne mouvance est un euphémisme. Nous pouvons tous donner des exemples de danseurs que nous avons regardé mal vieillir, tout simplement parce qu’ils n’ont pas su évoluer, ou se remettre en question, et n’ont gardé que de l’aigreur et de la colère vis-à-vis de la communauté, qui elle a suivi l’évolution …

Non seulement ils ont su suivre cette mouvance, ils y ont participé, mais ils en ont été les moteurs principaux pendant près de quinze années ! Ils ont montré la voie, avec une élégance et une humilité hors du commun, et petit à petit ils sont devenus plus que des modèles, ils sont tout simplement l’image du WCS.

Chaque année, la nouvelle routine de Jordan et Tatiana était l’événement attendu par tous les danseurs de la planète, le point culminant de la saison de WCS. Beaucoup d’entre nous n’ont jamais connu le circuit WCS sans Jordan et Tatiana à leur tête, et n’auraient tout simplement jamais connu le WCS sans eux. Combien il est difficile d’imaginer une saison sans eux en « Classic », et combien ils vont nous manquer !
Jordan et Tatiana hommage
Alors bien sur, nous allons les revoir, avec d’autres projets, d’autres routines extraordinaires, d’autres moments touchants et inoubliables, mais c’est triste.
C’est triste, parce que vous savez maintenant quelle dose d’amour et de respect ils ont succité à travers le monde, et pourquoi.
C’est triste, parce qu’ils font partie de notre monde, et que nous venons d’en perdre un petit bout !
C’est triste, parce que c’est la fin d’une époque, et que cette époque a été extraordinairement riche en événements et en émotions.
Chapeau les artistes, un grand Merci pour tout, et …. Stole the show !

Photograpy : Liza May, thanks for that.

 

En vidéo, un petit moment d’intense émotion à la cérémonie des Awards 2015 lors de l’US Open, par robert Royston.
Et une petite compilation de toutes les routines de Jordan et Tatiana, bon visionnage !

Tribute to jason

jasonIl y a cinq ans déjà, le 9 Aout 2009 exactement, que nous quittait un immense danseur : Jason Colacino

Il est décédé subitement chez lui, a New-York, suite à une pneumonie et un arrêt cardiaque, à seulement 31 ans. J’ai décidé de lui rendre hommage ici

Originaire de San Leandro, dans la baie de San Francisco en Californie, le 20 Août 1977, Jason ne découvre la danse qu’a l’âge de 15 ans, lorsque il assiste à un cours de Country Western avec ses parents. S’ensuit alors des années d’apprentissage ou son talent inné pour la danse s’exprime en Salsa, Country Western, Swing, Dance classique, Jazz, West Coast Swing et finalement Tango Argentin !
Jason travaille alors avec beaucoup des meilleurs instructeurs à travers le monde, et devient rapidement un professionnel reconnu et respecté. Son talent et ses compétences font qu’il est demandé pour enseigner, mais aussi pour chorégraphier, juger et concourir aux quatre coins du pays, et finalement plus loin encore …

Mieux connu au début de sa carrière pour ses performances en West Coast Swing avec Gina Amato-Brown, c’est avec sa partenaire Katie Boyle que son talent, sa grâce et sa fragilité s’expriment pleinement.jasonkatie

En intégrant sa technique de danseur de ballet et sa technique de Jazz, il a su faire évoluer le WCS et à créé un style unique, puissant, rapide, doux et complexe dans la danse … son propre style. Outre une victoire à l’US Open et des podiums réguliers entre 2000 et 2005, il a aussi a son palmarès trois « World Cabaret », plusieurs apparitions dans des troupes importantes ou des spectacles (dont le fameux Swango de Robert Royston ), ainsi que quelques apparitions très remarqués au Théâtre !

En dehors d’être l’un des danseurs les plus doués de sa génération, c’était de l’avis de tous une personnalité incroyable : un homme simple et charmant, un extraordinaire technicien du mouvement, mais aussi un « leader » d’une douceur et d’une grâce extraordinaire, capable de vous emmener dans des directions dont vous ne soupçonniez pas l’existence … une danse avez lui vous marquait toujours pour longtemps comme un moment d’exception.

Ce jour la, Le monde du WCS et celui du Tango (auquel il s’intéressait de plus en plus) ont perdu une superstar, un artiste que tirait le monde de la danse vers un niveau supérieur de perfection et d’exactitude. Repose en paix Jason, tu restera à jamais vivant dans nos esprits.

Ma Flashmob à moi !

On l’attendait depuis plusieurs mois, semaine après semaine on a appris la chorégraphie, on s’est entrainés …. et voila, samedi c’était le grand jour ! Et on peut dire que cette Flashmob a été à la hauteur de nos attentes !!!
Le cadre : Carrousel du Louvre … tout simplement grandiose. L’ambiance ? Très sympa et conviviale. Un beau moment de danse, entre amis, et avec tous les autres danseurs en général !
La grande surprise pour moi, c’était le nombre de danseurs qui avaient répondu présents, près de 150 personnes, qui se sont éparpillées dans toute la galerie une dizaine de minutes avant le début de la Flashmob. Tout le monde était déjà surexcité, mais dés que les premières notes de Usher ont retenti et que le premier couple à commencé a danser, l’ambiance est devenue carrément électrique !
Je faisais partie de la troisième vague : au début, c’était un peu chaotique, pas facile de trouver ses marques au milieu de tout le monde, et puis finalement, il fallait juste écouter la musique et se laisser porter ! Une fois lancés, les pas nous sont revenus en tête naturellement (ou presque!), et on a juste profité du moment : on s’est éclatés !
Les trois reprises de la chanson m’ont semblé passer a toute vitesse, mais c’était vraiment une sensation géniale d’être entourée par une foule de danseurs, tous en rythme et synchros sur la même chorée. A la fin de la chanson (thank you DJ !), tout le monde a marqué le break, avec un grand sourire aux lèvres. J’avais l’impression de faire partie d’une grande fête au milieu du Louvre, un pur bonheur !
Ça devait être communicatif d’ailleurs, parce qu’a la fin, pendant qu’on se dispersait et que les passants applaudissaient, une dame du public a demandé à l’un d’entre nous si on le refaisait la semaine prochaine : chiche !
Justine

Robert Cordoba et Deborah Szekely

Nous continuons de profiter du passage de couples américains de renom pour parfaire notre formation, et nous étions ce weekend avec Robert Cordoba et Deborah Szekely. Mêmes si ils ne sont pas de la génération « Jordan-Tatiana » ils jouissent quand même d’une très belle renommée, et sont reconnus aux US comme deux des enseignants les plus précis et structurés du West Coast US. Leur palmarès est réellement impressionnant, ils totalisent à eux deux 12 titres à l’US Open, ont remporté 4 années de suite le « Grand National » … et puis ils enseignent depuis plus de 20 ans, quand même !

Nous n’étions pas tant intéressés par les passes apprises dans leurs cours mais plutôt par leur façon d’enseigner, leur approche du WCS et leur manière de faire passer les choses importantes : nous n’avons pas été déçus, ce sont des enseignants de top niveau ! l’accent à beaucoup été mis sur les « Basics », comme d’habitude avec les américains (quand donc les Français vont-ils comprendre cela ?) le respect d’une structure WCS, la communication dans le couple, l’écoute musicale bref un vrai bonheur !

Vu le nombre très limité de participants, nous avons aussi pu jouer au « Be an educated student » cher à Robert Royston, c’est à dire ne pas accepter tout en bloc comme une vérité, mais poser des questions pour comprendre le pourquoi des choses, et les réponses aussi bien techniques qu’historiques ou tout simplement logiques nous ont pleinement satisfait.

Un très bon weekend, le contact et le feeling est très bien passé, avec un couple que nous reverrons très bientôt aux USA pour continuer notre formation WCS.

Love’N’Dancing

C’est le titre du premier film sur le West Coast Swing, dans la droite ligne des « Dirty Dancing » ou autres « Shall we Dance » … Plusieurs grands danseurs y ont un rôle, puisqu’on peut y apercevoir : Robert et Nicola Royston, Jordan et Tatiana, Parker et Jessica, Benji et Heidi, Arjay et Melissa … et quelques autres !

La sortie du film est prévue le 6 Mars 2009 aux USA, il faudra bien sur attendre encore quelques mois pour la sortie Française !

Layout 1Histoire du film :

Quand une enseignante anglaise (Jessica – Amy Smart) qui s’ennuie dans la vie rencontre un ancien champion de WCS (Jake – Tom Malloy) , la connexion est instantanée. Ils sentent tous les deux que l’autre peut accomplir ce qui manquait à leurs vies.

Mais entre Jessica, qui doit échapper à son fiancé accro au travail et Jake, qui doit s’affranchir de Corinne, son envahissante partenaire, les obstacles sont nombreux … cèderont-ils à la pression et arriveront-ils à rester concentrés sur leur but : Gagner le titre mondial en West Coast Swing ?